Quand consulter ?

La crise d’hémorroïdes passe généralement en quelques jours. Il ne faut cependant pas en déduire que l’on est « guéri ». Lorsque les symptômes cessent de se manifester, la maladie est toujours présente, elle peut être définie comme chronique et évolutive. Voici les principales raisons qui doivent vous pousser à consulter :

  Les symptômes affectent votre qualité de vie


Les premiers signes occasionnant une gêne dans votre quotidien doivent être la première raison de consulter. En effet, les symptômes jusque-là discrets finissent par s’aggraver. Durant la phase initiale de la crise hémorroïdaire, les désagréments sont souvent supportables. Mais l’absence de prise en charge médicale avec prescription d’un traitement adapté (veinotonique, analgésique local, laxatif…) entraîne fréquemment une amplification de la situation. Le traitement n’en sera alors que plus lourd.

  Poser un diagnostic précis


Les signes caractéristiques de la maladie hémorroïdaire tels que les démangeaisons, les saignements, la sensation d’une « boule » autour de l’anus, ou encore une douleur au niveau du rectum peuvent cacher d’autres problèmes, parfois très graves, d’où l’importance d’une consultation dès leur apparition.

Ainsi une consultation chez un médecin généraliste et le cas échéant chez un gastro-entérologue est essentielle pour écarter toutes autres causes :

  • Les démangeaisons peuvent être liées à une infection locale ou encore un eczéma.
  • Les saignements peuvent être le signe d’une maladie inflammatoire du tube digestif (maladie de Crohn, recto-colite hémorragique).
  • Le cancer du côlon ou du rectum peut aussi se révéler par des pertes de sang isolées.
  • Les douleurs dans la région anale peuvent être dues à un abcès infectieux ou une fissure anale.
  • Une boule au niveau de l’anus n’est pas forcément veineuse, il peut s’agir d’un prolapsus muqueux ou plus rarement d’un nodule cancéreux.

  Eviter des complications


Dans le cas de la maladie hémorroïdaire, le risque de complication en l’absence de traitement préventif est important. La plus fréquente étant la thrombose hémorroïdaire externe : il s’agit de la formation d’un caillot à l’intérieur de la veine hémorroïdaire congestionnée, entraînant la formation d’une boule très douloureuse. Dans cette situation, consultez immédiatement. Une simple incision permettra d’évacuer le caillot.

Par ailleurs, lorsque les hémorroïdes internes ne sont pas soignées, elles peuvent gonfler et être responsables de thromboses également. Sans traitement préventif, elles s’extériorisent progressivement de l’anus, imposant parfois une intervention chirurgicale. Cette dernière, bien qu’efficace, entraîne très fréquemment des douleurs et des saignements secondaires et nécessite des soins locaux peu agréables.

Enfin, les saignements chroniques peuvent parfois provoquer une anémie. Il est important d’en informer votre médecin afin de prendre en charge cette situation potentiellement source de fatigue et d’essoufflements.

s

Quels sont les motifs de consultation en urgence ?

Il est important de consulter un médecin dès que possible :

  • En cas de douleur anale très intense avec présence de fièvre.
  • Si une douleur intense fait craindre l’apparition d’une thrombose.
  • Lorsque les symptômes deviennent intolérables (démangeaisons, douleurs, saignements, suintements…).
  • En cas de saignements importants et/ou répétés dans la région anale.
  • Si la douleur ne permet plus d’aller à la selle depuis plus de 48 heures.
  • Lorsque les selles sont très noires.

  INTRAIT ‘S’ Solution

SOULAGER

Favoriser le retour veineux en activant la circulation.

Riche en flavonoïdes

Flacon de 90 ml avec pipette graduée

  INTRAIT ‘P’ Comprimés

PREVENIR

Prévient la fragilité des microvaisseaux sanguins.

Contient du Petit-houx

Boîte de 30 comprimés à avaler ou dissoudre

  INTRAIT ‘T’ Transit

REGULER

Accélère le transit intestinal par hydratation des selles.

A base de lactulose

Flacon de 200 ml avec gobelet doseur