Comprendre pourquoi

  Pourquoi les troubles hémorroïdaires apparaissent-ils pendant et après la grossesse ?


L’origine de la maladie hémorroïdaire n’est pas formellement établie par la médecine. Cependant il existe plusieurs hypothèses concernant les troubles hémorroïdaires durant la grossesse ou après l’accouchement.

1. Les troubles hémorroïdaires sont aggravés chez la femme enceinte par une augmentation du volume sanguin d’environ 30%. L’hyperpression vasculaire pendant la grossesse mène à un déséquilibre du retour veineux.

2. La constipation fréquente des femmes enceintes contribue à l’apparition des symptômes hémorroïdaires. Cette situation non-traitée augmente la pression intra-abdominale lors des efforts de défécation, ce qui peut entrainer des poussées itératives aux toilettes favorisant saignements et extériorisations. En cause : la progestérone, une hormone produite en grande quantité pendant la grossesse, qui diminue le tonus des muscles lisses, dont les muscles de l’intestin et du côlon.

3. L’imprégnation hormonale durant la grossesse joue aussi certainement un rôle, tout comme les modifications hormonales qui interviennent après l’accouchement. Le tissu hémorroïdaire est en effet riche en récepteurs hormonaux et il existe un relâchement des tissus de soutien sous l’effet des hormones. Cette hypothèse est validée par une plus grande fréquence des poussées hémorroïdaires en période prémenstruelle chez la femme.

4. Les changements corporels, notamment à partir du 6ème mois où le volume grandissant de l’utérus provoque des pressions internes sur les organes.
Par son poids et son volume lors de la grossesse, l’utérus :
– exerce une compression des intestins ce qui empêche un transit normal et régulier (constipation)
– comprime la veine cave inférieure gênant le drainage des veines pelviennes (retour veineux)
– génère des pressions internes sur les organes, notamment au niveau du canal anal (pressions)

5. Les efforts de poussée importants au moment de l’accouchement favorisent l’extériorisation des paquets hémorroïdaires. Lorsque ces derniers se font étrangler dans le canal anal par le sphincter anal à la suite de leur extériorisation, cela favorise l’apparition de thromboses et d’inflammations.
Ainsi les cas de thromboses hémorroïdaires externes sont de l’ordre de 20% après un accouchement par voie basse contre 4% après césarienne.

Grossesse : la pathologie hémorroïdaire en chiffres

  • Dans 48 % des cas, la grossesse révèle la pathologie hémorroïdaire (1).
  • Premiers symptômes à partir du 6ème mois de grossesse et lors de l’accouchement.
  • Après l’accouchement, 20% des femmes vont souffrir de maladie hémorroïdaire (2).

(1) Garrigues JM., Rouillon JM. Hémorroides et grossesse. Med Chir Dig 1992 ; 21 (4) : 191-192.

(2) Abramowitz L, Sobhani I, Benifla JL, Vuagnat A, Darai E, Mignon M, Madelenat P . Anal fissure and thrombosed external hemorrhoids before and after delivery. Dis Colon Rectum 2002 May;45(5):650-5.

  INTRAIT ‘S’ Solution

SOULAGER

Favoriser le retour veineux en activant la circulation.

Riche en flavonoïdes

Flacon de 90 ml avec pipette graduée

  INTRAIT ‘P’ Comprimés

PREVENIR

Prévient la fragilité des microvaisseaux sanguins.

Contient du Petit-houx

Boîte de 30 comprimés à avaler ou dissoudre

  INTRAIT ‘T’ Transit

REGULER

Accélère le transit intestinal par hydratation des selles.

A base de lactulose

Flacon de 200 ml avec gobelet doseur