Autres techniques

Sous l’impultion du cœur, le système circulatoire s’active via les artères et les veines. Son objectif est d’assurer un apport continu en oxygène et nutriments à tous les tissus de l’organisme, mais aussi d’éliminer le dioxyde de carbone et les différents déchets.

 

Trois types de veines 

90% du retour veineux est assuré par les veines profondes qui jouxtent les artères. L’insuffisance veineuse touche dans la plupart des cas seulement les veines superficielles. Les veines perforantes quant à elles font office de pont entre les veines profondes et superficielles.

 

Trois types d’enveloppes

Le calibre des veines est plus gros que les artères mais elles sont moins musclées. Leurs parois se composent de trois enveloppes :

 

  • L’adventice : plus fine que dans les artères, c’est la tunique externe composée de tissu relativement lâche. Elle est parcourue de vaisseaux sanguins qui nourrissent les parois et de fibres du système nerveux qui se chargent de la vasoconstriction et de la vasodilatation ;
  • Le media : c’est la tunique moyenne. Plus mince dans les veines que dans les artères, le media, est une couche musculaire qui donne au vaisseau sa souplesse et sa contractibilité, indispensables pour la régulation de la pression et du débit sanguin ;
  • L’intima : aussi appelée tunique interne, elle est couverte de valvules tous les 4 à 5 centimètres, essentiels au retour veineux.

Le principe du retour veineux

La pression de la voûte plantaire et la contraction des muscles des membres inférieurs (mollets, cuisses…) propulsent le sang circulant dans les veines vers le haut. En parallèle, les valvules jouent le rôle de clapets anti-reflux. Ils sont cependant inopérants lorsque les veines sont dilatées.

  Comment améliorer le retour veineux ?


Les cures de veinotoniques durant 2 à 3 mois sont reconnues par les médecins vasculaires pour lutter efficacement contre l’insuffissance veineuse. En complément, il est possible d’opter pour d’autres techniques qui favorisent également le retour veineux.

 

La gymnastique vasculaire

Il faut savoir que les facteurs environnementaux jouent un rôle prépondérant dans le déclenchement des troubles veineux : rester assis pendant des heures, porter des charges lourdes, être debout de manière prolongée ou piétiner … Certains spécialistes évaluent à 75 % l’influence de ces paramètres.

 

Pour combattre cela, le plus simple reste de bouger : faire quelques pas toutes les heures, agiter ses pieds, changer fréquemment de position et éviter de croiser les jambes. Pour favoriser le retour veineux, il est essentiel de pratiquer une activité physique régulière telle que la marche ou la natation.

 

La compression

Les collants, bas ou chaussettes de compression sont tissés de manière à exercer une pression plus forte au niveau de la cheville et des mollets, puis dégressive jusqu’en haut de la jambe. Lors de la marche, l’action de la maille élastique renforce celle des muscles pour favoriser la remontée du sang vers le cœur et les poumons.

 

Ils sont plus épais que les collants “voile” et s’achètent en pharmacie ou en magasin d’orthopédie. Sur prescription médicale, ils peuvent être remboursés à 60% sur la base de 22,40 € pour les chaussettes, 29,78 € pour les bas, et 42,03 € pour les collants.

 

Il existe plusieurs niveaux de compression : la classe 1 est indiquée en cas de jambes lourdes ; la classe 2 correspond aux varices débutantes ; la classe 3 aux varices installées ou en cas de phlébite et la classe 4 est prescrite pour les jambes très gonflées.

 

Les bonnes habitudes d’hygiène de vie

Préservez le capital santé de votre système sanguin, en évitant les vêtements trop serrés. Les ceintures, soutiens gorge, chaussettes et collants peuvent avoir un effet « garrot ».

 

Terminez votre douche par un jet d’eau froide. Toujours en remontant des pieds aux hanches, ce geste simple aide à la vasoconstriction des veines et vaisseaux des membres inférieurs.

 

Dormez les jambes surélevées en plaçant des cales de 5 à 10 cm sous les pieds de votre lit par exemple. Cela favorisera le retour veineux durant la nuit.

 

Boire beaucoup d’eau (1,5 l par jour minimum), car une bonne hydratation fludifie le sang. L’alcool est à éviter car il dilate les artères et les veines.

 

Attention : à chacun son rythme !

La fréquence d’évacuation des selles varie d’une personne à l’autre, allant de 3 fois par jour à 3 fois par semaine. On peut parler de constipation seulement lorsque les selles sont dures, sèches et difficiles à évacuer. En effet, si vous n’allez à la selle « que » 2 fois par semaine sans aucune gêne, il n’y a pas lieu de parler de constipation.
La constipation n’est pas dangereuse et certaines personnes peuvent rester 20 à 30 jours sans aller à la selle et sans avoir le moindre trouble. Les selles sont surdigérées et transformées en grande partie en gaz, émis normalement.

  INTRAIT ‘S’ Solution

SOULAGER

Favoriser le retour veineux en activant la circulation.

Riche en flavonoïdes

Flacon de 90 ml avec pipette graduée

  INTRAIT ‘P’ Comprimés

PREVENIR

Prévient la fragilité des microvaisseaux sanguins.

Contient du Petit-houx

Boîte de 30 comprimés à avaler ou dissoudre

  INTRAIT ‘T’ Transit

REGULER

Accélère le transit intestinal par hydratation des selles.

A base de lactulose

Flacon de 200 ml avec gobelet doseur